Ah bah te revoilà, toi !

couverture-gouffre

— Mais t’es sûr qu’il est toujours vivant ?
— Qui ça ?
— Bah, le boss !
— Jamais entendu parlé.
— Tain, la Muse, t’es aussi chiante qu’une épidémie de gastro.
— C’est pas grave, t’es bien protégé vu que t’en tiens une couche.
— Franchement, je sais même pas depuis combien de temps on a publié un truc sur le Blogold. J’ai l’impression que la dernière fois que j’ai écrit un article, je payais mes slips en francs.
— Hi hi. Ce qui est sûr, c’est que t’en a pas changé depuis.
— Ouais, super. Bon, sinon, tu sais où est le boss ?
— Bien sûr.
— Bien sûr ? Comment ça, bien sûr ?!
— Bah, il écrit des romans.
— Ah, oui. Môssieur est un auteur.
— Oui, et il t’a créé, donc un peu de respect. Si il veut, tu peux devenir une femme.
— Arrête tes conneries.
— D’ailleurs, au sujet de ces romans, il en a écrit un. Un très particulier, même.
— Ah ouais ?
— Ca s’appelle GOUFFRE.
— Putain. Ca parle de quoi ?
— Est-ce qu’un film peut être maudit ? Est-ce qu’une oeuvre peut détruire ceux qui la contemplent ? Nico, un cinéphile solitaire, part en quête du film le plus terrifiant de tous les temps. Au fil de ses recherches, il rencontrera un mystérieux groupe d’artistes qui détiennent un secret capable de bouleverser l’univers.
Et si cet hiver qui dure depuis des mois constituait le début de ce bouleversement ?
— Mais… Mais j’en sais rien ! Tu fais chier avec tes questions, la Muse !
— Hi hi ! C’est le sujet de son roman. Un thriller fantastique.
— Et c’est édité chez qui ?
— Chez personne. C’est en numérique, sur Amazon.
— Super, j’ai pas de liseuse.
— Hi hi ! T’es bête comme tes pieds, Dr Donk, sauf qu’en plus t’es cul-de-jatte. Si t’as une tablette, un ordi ou un smartphone, tu a juste besoin de télécharger l’appli Kindle. Elle est gratuite. Ensuite, tu achètes Gouffre sur Amazon, comme n’importe quel autre livre, et quand tu ouvres ton appli Kindle, tu peux commencer ta lecture.
— Ah ouais. Je suis pas cul-de-jatte. Je suis court sur pattes.
— Hi hi ! C’est une mise en jambe, alors.
— Et ça va me coûter combien cette histoire ?
— 99 centimes. C’est dans tes moyens ?
— Au prix où je suis payé, je sais pas trop. En même temps, s’il vend son bouquin aussi peu chez, c’est que c’est de la merde.
— Hi hi ! Compliqué de se torcher avec une tablette. Pour le prix, le boss m’a dit qu’il voulait surtout être lu, pas être riche. Donc, comme il est pas connu, il se dit que les lecteurs peuvent se laisser tenter par un prix comme ça, si le sujet les attire.
— Et genre, il croit qu’en en parlant ici, il va trouver des lecteurs ?
— Peut-être, on sait jamais.
— Et il a plus d’éditeur, alors ?
— Si, si. Mais comme il écrit plus vite que le rythme de parution d’un éditeur, il fait un peu des deux.
— Ah, et tu l’as lu, ce GOUFFRE ?
— Oui.
— Et c’est bien ?
— Evidemment.
— C’est lui qui t’as dit d’écrire ça, j’imagine.
— C’est lui qui écrit tout.
— Alors on n’existe pas ?
— Si. Parce qu’il l’a décidé.
— J’ai mal à la tête.
— Hi hi. Dis-toi qu’en réalité, t’as pas vraiment de tête.
— Oh, bordel…

Pour plonger dans GOUFFRE, cliquez ici.

gouffre-4eme-de-couv

Publicités

Une réponse à “Ah bah te revoilà, toi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s