Les vacances vacantes

161845108

Salut les copains, bonjour les copines ! Alors, on fait quoi de beau cet été ? L’avion, perso, je suis pas chaud. On dirait que c’est l’automne dans les compagnies aériennes. Ca tombe dans tous les sens, donc ne pas prendre la voie des airs, ça tombe sous le sens.

Niveau destination, ça se limite pas mal. Y a du rififi en Ukraine, des bagarres au Moyen Orient, des îles radioactives au Japon, de la pollution en Chine…

Niveau Etats-Unis, ça pose me pose deux soucis. Le premier, c’est toujours l’avion. Bon, y a le bateau, vous me direz, mais dans le délire quinze jours à gerber les repas pendant que des vieux se tartinent d’huile bronzante, ça risque de me foutre la gerbe et de me faire basculer dans un cercle vicieux de la nausée ; un genre de cercle visqueux, quoi.  Ce que je vois me donne envie de régurgiter ma bouffe, et voir ma bouffe régurgitée me donne envie de rerégurgiter, etc…

L’autre problème avec l’Oncle Sam, c’est ce nouveau jeu qu’ils ont instauré dans les écoles. Shoot les Kids. C’est à dire que je suis pas bien grand et je fais plutôt jeune, donc… sur un malentendu, je peux me retrouver avec des trous de balles et comme on a tendance à me dire que j’ai une tête de cul, il se pourrait que les tarés du coin trouvent que c’est raccord. Ouais, non, les USA, on abandonne.

L’Amérique du Sud… pfff, des émeutiers en chapeau péruviens, ça va me rappeler les intermittents du spectacle. Mais niveau feu d’artifice, chez eux, ça pète plutôt à la kalachnikov et les flics de là-bas sont pas non plus des diplomates. Pour dire bonjour, ils mettent des gifles. C’est que j’ai la peau fragile, moi, les mecs.

Qu’est-ce qui nous reste ? Pôle Nord et Pôle Sud ? Sois sérieux, putain ! Je vais pas aller me choper des engelures d’esquimaux alors que c’est l’été. Tout ce que je vais y gagner, c’est la perte de deux ou trois orteils. Ou pire.

L’Australie ? Le pays des crocodiles de mer, des requins blancs, des méduses tueuses, des serpents de la mort et des veuves noires ? Tu sais que l’Australie, ça réunit tous les animaux que Noé a refusés sur son arche pour des raisons de sécurité ? Non, tu sais pas. Et ben quand on sait pas, on la boucle.

Bougez plus les potes, j’ai trouvé !

Bon, c’est la crise. C’est cool ! Le tiers-monde est à nos portes. Y a qu’à aller se rendre en Espagne ou au Portugal. Le dépaysement, ça a toujours été un décalage de niveau de vie. L’avantage, c’est qu’on n’a plus besoin de se manger des kilomètres pour aller observer des crèves la faim. Et vu que l’avion, c’est mort, on mettra pas trois jours pour pouvoir reluquer du pauvre.

Et au pire, on reste en France. Le seul défaut de notre pays, c’est ses habitants. Et le meilleur moyen de ne pas se taper ces cons de franchouillards en été, c’est de rester en France. Nos cons patriotes seront ailleurs.

La France au français ? Surtout pas. Imagine comment on se ferait chier.

Publicités

8 réponses à “Les vacances vacantes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s