L’enseigne ment

117150501

Une passoire n’est rien d’autre qu’un saladier amnésique. Constellé de trous de mémoire, il ne retient rien. C’est pour cette raison qu’il ne raconte que des salades. Ne jamais faire confiance à un saladier, voilà donc la première leçon.

Je ne vous demanderais pas de la graver dans le marbre, parce que ça coûte l’appeau des couilles (un truc super rare que l’on trouve dans les vestiaires de sportifs pour les attirer ; et ce qui est rare est cher, donc…) et qu’en plus, c’est vachement moins pratique à conserver. Un post-it en papier, c’est tenable sur un frigo. Mais la plaque de marbre, ça risque de faire désordre et d’être assez fastidieux pour demande à bobonne de ramener le pain ou de descendre les poubelles. Bref, la plaque de marbre, vous la trouverez plutôt dans les cimetières. Il y fait moins froid que dans un frigo, je vous l’accorde, mais niveau ambiance, c’est tout aussi glacial. Et généralement, la bouffe est pas de première fraîcheur.

Pour garder tout ça en mémoire, le plus simple revient finalement à ne pas l’oublier. Je sais, ce conseil semble un poil débile et évident, mais le mieux reste de se prendre en main. Les leçons de vie ne devraient pas s’apprendre. Non. Le mieux consiste à garder confiance en son instinct.

Est-ce que ça vous viendrait à l’esprit de vous verser une soupe dans une passoire ? Non. L’instinct, les mecs. C’est l’instinct qui gouverne l’esprit, pas le reste.
Si vous vous retrouvez en soirée avec des mecs bizarres réunis autour d’une table avec des lettres de scrabbles et des bougies, vous pourriez pensez que vous venez de rejoindre un club d’amateurs de jeux de société un peu chiants et adeptes des oripeaux primaires du romantisme (ou qui n’ont pas assez de thunes pour régler leur facture EDF). Mais si l’un d’eux se met à balancer, comme ça, « esprit es-tu là ? », votre instinct vous dictera un ordre très simple : tire-toi de là tout de suite.

Pareil dans la nature. Est-ce que le chêne ou le bouleau se servent de pense-bête pour se souvenir de perdre leur feuillage quand l’automne pointe le bout de ses gouttes de pluie ? Une fois de plus, non. Un véritable arbre digne de ce nom (je parle de ceux qui se respectent, pas de ces conifères nantis qui refusent en bloc de se foutre à poil) saura que le moment est venu de laisser ses feuilles s’envoler au gré des bourrasques et des rafales.

L’instinct, l’instinct, l’instinct.
On ne se promène pas au Bois de Boulogne le soir quand on a un cœur d’artichaut. L’amour, c’est beau. L’amour tarifé, c’est cher. Tomber amoureux d’une prostituée, certes, c’est finalement une manière libérale de droite de vivre une histoire de cœur (avec un peu de cul aussi, ne l’oublions pas), mais comme toute dépendance, il faut détenir les moyens de la vivre. Une prostituée est cruelle. Quand vous l’aimez, elle vous le fait payer. Et votre instinct vous hurlera de ne pas vous rendre dans ces lieux de perdition où les ethnies se mélangent et où les sexes se confondent (littéralement).
Donc, suivez votre instinct, plutôt que votre pénis. Cela vous évitera de passer pour un gland.

C’est comme croire que péter dans sa baignoire vous permettra de prendre un bain de limonade. Suivez votre instinct. Rajoutez un peu de sucre.

Publicités

2 réponses à “L’enseigne ment

  1. « Une prostituée est cruelle. Quand vous l’aimez, elle vous le fait payer.  »

    C’est beau Mssieur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s