Les hommes qui portent des cravates Snoopy…

… ou Mickey.

Aujourd’hui, j’ai croisé des gens. Pour une fois, j’ai pris le temps d’observer les usagers autour de moi dans le métro. Ça ne m’a pas forcément plu, mais j’avais oublié mon livre.

Bref, arrivé à Franklin Roosevelt, je vois entrer dans la rame des adolescents du type « je fais ce que je veux avec mes cheveux » et « je porte l’équivalent de trois SMIC sur moi ». Ils parlent fort, ou c’est moi qui entend trop, allez savoir. Est-ce que les décibels qu’ils émettent sont proportionnelles aux compte en banque de leurs parents ? En ce cas, le voyage risque de me paraître long.

Je retiens un renvoi, le temps que mes yeux se posent sur un homme d’une quarantaine d’années. Brun, strict, grand, rasé de près, tout est impeccable ; de ses cheveux tellement parfaits qu’on les croirait dessinés, jusqu’aux boucles de ses lacets de taille absolument égales. Je suis fasciné. Je remarque ensuite sa cravate. Elle est noire avec un Snoopy blanc en train de ronfler sur le toit rouge de sa niche. Je suis encore plus fasciné. Je m’interroge. Est-ce là le seul moyen qu’a trouvé cet homme pour marquer du sceau de la rébellion l’uniforme de travailleur consciencieux qu’il revêt chaque matin ? Eprouve-t-il une sorte de joie féroce lorsqu’il met la touche finale à son nœud de cravate devant la glace ? Guette-t-il les regards de ses supérieurs, attendant la moindre remarque pour souligner avec fierté qu’il porte une cravate et que le règlement ne précise pas, à ce qu’il sache, les motifs proscrits ? Sans doute espère-t-il un public pour le jour où il placera cette tirade mainte fois répétée le soir dans son lit. Peut-être même que Josianne de la logistique sera là, entre deux commandes de rouleaux de papier toilettes. Elle est moche Josiane, mais moins que sa femme, en fait.

Puis j’ai regardé l’homme s’asseoir juste derrière les jeunes toujours aussi bruyants, et sortir un exemplaire du Figaro.

Quelques stations plus tard, l’homme a quitté son siège pour sortir de la rame. Il a bousculé les jeunes sans le vouloir (quoi que, cet homme porte une cravate Snoopy). Les adolescents se sont levés dans un même élan, le visage menaçant et boutonneux. Puis ils  ont remarqué la cravate Snoopy. Il y a eu un moment de flottement où même le brouhaha du métro n’a plus vraiment eu sa place. Un esquisse de sourire s’est tracée sur leurs visages. J’ai alors senti que le flottement touchait à sa fin.

Un couteau est apparu dans la main de l’homme.  Les sourires ont disparu. L’homme s’est rué sur eux et leur a dessiné des sourires grossiers entre les joues. Je me suis dit qu’il était vraiment très vif. Il  est ensuite sorti de la rame, tranquillement, s’assurant que sa cravate n’était pas tâchée. Les jeunes se tordaient de douleurs par terre. Il y avait maintenant du sang  sur le sol. Le sang allait être très sale, je me suis  dit. Ils ont tendu des mains implorantes vers moi. Je crois qu’ils pleuraient. Ils sont si jeunes après tout. Une dame s’est levé et a hurlé « Qu’est-ce qu’on va faire?!! »

Je me suis promis de m’acheter une cravate snoopy.

Publicités

3 réponses à “Les hommes qui portent des cravates Snoopy…

  1. *Va s’acheter une cravate snoopy*

    C’est une de mes nouvelles préférées avec « Ici, tout va bien… » où tu abordes l’enfance de sieur l’épouvantail, Jonathan Crane. Il était indiqué dans la bande-dessinée « Un long Halloween », qu’il aurait tué sa môman le jour de la « fête des mères ». J’ai vraiment aimé ta façon d’imaginer comment cela c’était déroulé et je trouve le résultat vraiment sympa. Enfin, moi j’adore, que ce soit cet article ou « Ici, tout va bien… ».

    Oui, il m’arrive de relire certains de tes textes alors que je les ai déjà parcourus une fois. C’est bon signe non ? Je trouve que c’est un gage de qualité !

  2. Merci, merci !
    Je vois que tu lis du comics aussi, ça nous fait encore un point commun. Pour la petite histoire, la nouvelle sur Scarecrow aurait dû sortir dans une anthologie consacrée aux Méchants et aux Vilains de la littérature/cinéma/BD. Malheureusement, le projet n’a jamais abouti, sans que l’on sache pourquoi. Je pense qu’il devait y avoir une histoire de droits d’exploitation de certains personnages, là-dessous.
    Bref, comme je l’aimais bien, je me suis dit que la mettre sur mon blog lui permettrait d’avoir un peu de vues.
    Et relis, relis, je t’en prie, c’est gratuit 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s